Cathédrale Saint-Charles-Borromée

Numéro civique : 2
Rue : St-Charles Borromée Nord
Date de construction : 1887-1892

Circuit patrimonial : pour en apprendre encore plus…

Fiche descriptive du bâtiment

Fonction d’origine : Cathédrale
Fonction actuelle : Cathédrale
Catégorie : Patrimoine religieux
Revêtement extérieur : Pierre
Concepteur (s) : Albert Mesnard et Maurice Perreault
Fonction du concepteur : architectes
Style architectural : Éclectique

Construite de 1887 à 1892, la cathédrale Saint-Charles-Borromée a été érigée sur l’emplacement de l’église du même nom démolie sur l’ordre de la fabrique.  Les deux architectes Albert Mesnard et Maurice Perreault en ont conçu les plans tandis que Martin Dangeville Dostaler en assurait la construction, qui s’est cependant avérée plutôt ardue en raison de l’instabilité du sol argileux. Les plans ont dû être révisés afin d’abaisser le bâtiment et le clocher. Malgré ces contraintes, la cathédrale a pu ainsi accueillir un plus grand nombre de fidèles et aura certainement pesé dans le choix de la ville de Joliette pour administrer le nouveau diocèse créé en 1904. En effet, à la suite du morcellement de celui de Montréal, devenu trop populeux, un choix devait être fait entre Joliette et l’Assomption pour assumer les fonctions diocésaines. Après la nomination de Joliette, le presbytère est devenu l’évêché et le collège a été élevé au rang de séminaire diocésain.

La cathédrale Saint-Charles-Borromée, où des célébrations ont toujours lieu, occupe un emplacement de choix à Joliette. Faisant dos à la rivière L’Assomption, elle est entourée par un bâtiment des Clercs de Saint-Viateur et le Cégep régional de Lanaudière. Elle affiche un style éclectique, surtout en façade, et ses trois tourelles surmontées de clochers lui donnent beaucoup de prestance. Tous ces éléments architecturaux ont été conservés dans un très bon état. Cependant, des travaux ont été effectués au début des années 2000 pour assurer la restauration du bâtiment.

Éléments architecturaux particuliers du bâtiment

La cathédrale est bâtie sur la forme d’une croix latine. À l’arrière, sur les deux côtés de la cathédrale, on peut observer des absides. La sacristie est rattachée à l’abside du côté droit. De style éclectique, la façade  est composée d’une tourelle principale surmontée d’un clocher alors que, de chaque côté, s’élève une tourelle dominée d’un clocheton. La tourelle principale est pourvue d’une porte à double vantail au-dessus de laquelle se trouve un tympan vitré cintré. Le revêtement extérieur en pierre de taille lisse et en pierre à bossage ainsi que le toit en tôle rappellent l’architecture typiquement canadienne. La cathédrale de Joliette fait partie d’un ensemble de bâtiments religieux catholiques incluant l’évêché, relié à la sacristie par un chemin couvert, l’ancien séminaire diocésain et l’ancien noviciat des Clercs de Saint-Viateur.

Historique

La cathédrale de Joliette est érigée sur l’ancien emplacement de l’église du même nom démolie pour permettre la construction d’un lieu de culte plus imposant afin d’y accueillir un nombre croissant de fidèles. Sa construction, qui s’est échelonnée de 1887 à 1892, n’a cependant pas été sans difficulté en raison de la fragilité du sol argileux. De plus, en 1901, une tornade vient ajouter de nouveaux dommages à la cathédrale déjà mal en point. Par suite de ces incidents, les plans de la cathédrale sont revus. Néanmoins, en janvier 1904, Joliette l’emporte sur L’Assomption pour devenir le nouveau diocèse créé à la suite du morcellement de celui de Montréal. Ce nouveau diocèse regroupe alors 40 paroisses. En août de la même année, Mgr Joseph-Alfred Archambault est sacré évêque. Le nouveau statut accordé à la cathédrale Saint-Charles-Borromée et aux bâtiments connexes favorise l’essor démographique et économique de Joliette.

Références et liens

Source (s) : Lysandre St-Pierre
Date : 10 août 2013