Hommage au soleil

Titre: Hommage au soleil
Artiste: Ethel Rosenfield (1910-2000)
Année de l’installation : 1966
Emplacement : Au coin du boulevard Manseau et de la rue Beaudry Nord
Type d’œuvre : Sculpture
Matériaux : Pierre
Dimensions : 274,32 centimètres de hauteur

SYMBOLIQUE DE L’ŒUVRE

L’œuvre fait ressortir un pouvoir cosmique et universel et implique une approche tactile et visuelle du processus sculptural. Le thème entraîne une tension dynamique entre le spirituel et le matériel. L’œuvre montre la quête de la forme élémentaire et de la pureté des matériaux. Citation d’Ethel Rosenfield concernant sa participation au symposium : « En 1966, j’ai participé à un symposium organisé par le père Corbeil à Joliette. Les hommes pensaient que je ne serais pas capable de finir à temps « Hommage au soleil », une pièce monumentale de 9 pieds. Je devais travailler sur trois tables superposées pour pouvoir sculpter la tête de ma sculpture. À un moment, j’étais tellement fatiguée que j’ai dû m’arrêter. Lorsque je suis revenue, j’ai trouvé une rose rouge sur le dessus de ma sculpture. J’ai demandé qui l’avait mise là pour apprendre plus tard que c’était Paul-Émile Borduas. »

 CONTEXTE DE CRÉATION DE L’ŒUVRE

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du Symposium de sculpture de Joliette en 1966. Le projet était organisé par le Commission des Fêtes de la Saint-Jean. Il s’agissait du 5e symposium de sculpture du Québec qui regroupait six artistes : Ethel Rosenfield, Maximilien Boucher, Gaétan Therrien, Joseph Marcil, Paul-Émile Borduas et Pierre-Roland Dinel.

BIOGRAPHIE DE L’ARTISTE

Ethel Rosenfield est née en Pologne et s’installe à Montréal en 1919. Elle rencontre Gaétan Therrien à l’École des beaux-arts et a étudié auprès d’Armand Filion, Louis Archambault et Sylvia Daoust. En 1962, elle est l’un des membres fondateurs de l’Association des sculpteurs du Québec. La pierre est son matériau de prédilection pour ses sculptures. La pierre représente pour elle la mère-terre, mais le plus important pour l’artiste, ce sont les jeux d’ombres et de lumières sur ses œuvres.

 Références :

  • Musée d’art de Joliette
  • Musée d’art de Joliette. Citation issue de : John K. Grande, 1997-1998, « Ethel Rosenfield : L’œuvre de pierre », in Vie des Arts, vol. 41, no 169, p.38-39

Source : Émilie Létur

Date : 24/07/2013