Balise

2013-08-06-ART0002-002

« Ce phare-symbole participe jour et nuit au paysage traçant au-dessus de nos têtes la trajectoire vers le point d’attache et de rassemblement. Ainsi, cette tour devient, par sa visibilité, un repère de lieu, une « balise ». » Cette œuvre a été créée dans le cadre de la politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement.


Enseigne de tir à l’arc

2013-08-06-MON0004-0315

Sur le monument, on peut lire : « Tir à l’arc/Site olympique/1976/Joliette ». En 1976, le programme « Arts et culture » des Jeux olympiques de Montréal a fait don de six sculptures à la Ville de Joliette, qui hébergeait les activités de tir à l’arc. Les artistes sont Marcel Barbeau, Germain Bergeron, Louis Archambault; les artistes Ivanhoë Fortier et Yves Trudeau sont notés également comme participants, mais les plaques d’identification de leurs œuvres concernant le contexte de création de l’œuvre n’évoquent pas les Jeux olympiques de 1976.


Fresque : La Place du Marché

IMG_5461rec-corr-6x4

La fresque évoque certains éléments marquants des 150 ans d’histoire de la Ville de Joliette. Elle met en scène plusieurs personnages et événements qui ont marqué l’existence de la ville. On y aperçoit notamment le Marché et sa clientèle active ainsi que plusieurs bâtiments tout autour ayant retrouvé leur air de jeunesse. L’édifice de la place du Marché, construit vers 1859-1860 par le Père Joseph Michaud, architecte, était un lieu animé d’activités commerciales et socioculturelles où les Joliettains avaient l’habitude de se rassembler régulièrement.


Hommage au soleil

2013-08-06-ART0009-0804

L’œuvre fait ressortir un pouvoir cosmique et universel et implique une approche tactile et visuelle du processus sculptural. Le thème entraîne une tension dynamique entre le spirituel et le matériel. L’œuvre montre la quête de la forme élémentaire et de la pureté des matériaux.


L’Archer

DSC02031

La présence des mains montre la précision du geste de l’athlète qui tient de sa main droit la corde de l’arc et de la maison gauche, l’arc. La corde et la flèche ne sont pas visibles sur l’œuvre. La présence des mains renforce l’existence de celles-ci. Le geste de la tireuse, bras plié et tiré vers l’arrière, suggère qu’elle soit prête à titre la flèche.


L’Obusier

obusier

L’Obusier a été fabriqué à Sorel : il s’agit d’un canon court utilisant des obus à charges séparées. Il tire des projectiles d’environ 41 kg à une vitesse de 550 m par seconde sur une distance de 14 km. Sa rapidité de tir est de trois obus à la minute. L’obusier est composé d’un tube monté sur un affût. L’affût comporte un essieu avec deux gros pneus et un longeron avec une crosse à bêche pour ancrer l’obusier au sol. De part et d’autre du tube sont placés deux boucliers servant de protection au tireur.


La famille

2013-08-06-ART0015-0967

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du Symposium de sculpture de Joliette en 1966. Le projet était organisé par le Commission des Fêtes de la Saint-Jean. Il s’agissait du 5e symposium de sculpture du Québec qui regroupait six artistes : Ethel Rosenfield, Maximilien Boucher, Gaétan Therrien, Joseph Marcil, Paul-Émile Borduas et Pierre-Roland Dinel.


Le Discobole

DSC02039

Le détail du corps importe peu à l’artiste, ce qu’il a voulu représenter, c’est le mouvement du sportif. Il saisit l’action, le moment où le sportif est prêt à lancer son disque. La sculpture démontre également sa force. La simplicité de la sculpture marque une certaine légèreté. Le socle, assez haut, lève le discobole qui s’appuie sur une jambe, l’autre étant suspendue dans les airs. Ses jambes sont pliées et montrent la prise au sol du sportif, ses bras sont tendus, prêts à lancer le disque et son corps, penché en arrière, montre la puissance du lancer.


Le poète

2013-08-06-ART0012-004

L’artiste a utilisé une pierre d’Indiana de neuf tonnes pour réaliser son œuvre. Il s’est inspiré du poème L’Albatros de Charles Beaudelaire. Les personnages qui entourent le poète symbolisent les muses qui le tourmentent ou le conseillent. L’aspect des trois personnages qui entourent le poète semble fantomatique. Ils ressemblent à des ombres qui assaillent le poète et qui le touchent. Les courbes marquent le mouvement des bras des personnages.


Les nouveaux guerriers

2013-08-06-ART0014-117

L’œuvre fait ressortir un pouvoir cosmique et universel et implique une approche tactile et visuelle du processus sculptural.


Monument Agnès Parent-Robillard

agnes

Ce monument commémore Agnès Parent-Robillard (1902-1978) et son statut d’enseignante. Tout en bas, on peut y lire (en anglais) : « When there is a will, there is a way » ainsi que « Foi & Courage». Sur le côté gauche du monument est inscrit : « Au 506 de la rue Richard se trouvait l’Institut Robillard qui dispensait un enseignement primaire et secondaire, commercial, bilingue, filles et garçons. Durant 50 ans, des milliers de jeunes de la région ont bénéficié de son enseignement. »


Monument Antonio-Barrette

2013-08-06-MON0011-0861

Monument commémoratif d’Antonio Barrette représentant l’homme politique sous la forme d’un buste en bronze. On y retrouve une identification du monument disant : « Hommage à l’honorable Antonio-Barrette (1899-1968). Député de Joliette (1936-1960), Ministre du Travail (1944-1960), Premier ministre du Québec (1960), Ambassadeur en Grèce (1963-1966). » Sur une autre façade du monument est inscrit : « 1899-1999, Association des Barrette d’Amérique et de nombreux donateurs ».


Monument aux soldats morts à la guerre

2013-08-06-MON0012-0747

Les parties droite et gauche telles des stèles présentent les noms des soldats morts lors des guerres mondiales de 1914 à 1918 et de1939 à 1945. Les noms des soldats morts pendant la guerre de Corée sont également inscrits sur la stèle de droite. Les dates des guerres sont inscrites sur la base des stèles. En haut de la stèle de gauche est inscrit : « À nos glorieux soldats tombés au champ d’honneur ». Sur les côtés intérieurs des stèles est inscrite, à la verticale, la devise du Québec : « Je me souviens », en français sur la stèle de gauche et en anglais : « Lest we forget », sur la stèle de droite. L’ensemble repose sur une base en granit où il est gravé : « La cité et le comté de Joliette sont reconnaissants ».


Monument du Club Lions de Joliette

2013-08-06-MON0014-193

Le monument est placé de telle sorte que l’on puisse le voir lorsque l’on entre ou l’on sort de la ville par le boulevard Dollard. Au milieu sont représentées deux mains se tenant et au-dessus un médaillon avec une sérigraphie représentant deux têtes de lions, la gueule ouverte. L’inscription Lions est notée sur les côtés du médaillon ainsi que sur le haut. En bas du médaillon est inscrit International.


Monument du Père Cyrille-Beaudry

2013-08-06-MON0015-018

Sur le bas-côté gauche est inscrit : « Apôtre du Sacré-Cœur de la communion quotidienne et des vocations sacerdotales ». Sur le bas-côté droit est marqué : « Il fut par état, par goût et par choix l’ami de la jeunesse ». Au centre s’élève la troisième partie où il est inscrit : « Le père Cyrille Beaudry C.S.V. (1835-1904) Supérieur du séminaire durant 36 ans ». La statue repose sur un petit socle en granit où est gravée une citation du père Beaudry : « Je vous ai tous connus. Je vous ai tous aimés ». La statue en bronze représente un homme barbu portant une bure avec une ceinture d’où pend un chapelet. Le père a la tête haute, les bras levés et les mains tendues en signe de paix et de bénédiction. Il s’agit d’un monument commémoratif posthume.


Monument funéraire de la famille De Lanaudière

de-lanaudiere

La colonne de gauche représente les noms de la famille Joliette ainsi que ses membres directs. La colonne de droite représente les descendants de la famille Joliette. Le monument a été construit après la mort de Barthélemy Joliette. Son corps ainsi que ceux des membres de sa famille reposaient auparavant à la cathédrale de Joliette. L’ensemble sculptural respire le silence et le repos.


Monument J.-Albert Contant

albert-contant

Sur la face principale de la plaque il est inscrit : « Montréal 1877 — Joliette 1942. Organiste et maître de chapelle. Compositeur et professeur. Fondateur et directeur de fanfares ». Sur la plaque à l’arrière du monument est gravé : « Dévoilé le 14 juin 1992, ont contribué Société d’histoire de Joliette-De Lanaudière, Ville de Joliette, gouvernement du Québec, Guy Chevrette, député, Famille Contant. ». Sur la face principale du monument au-dessus de la plaque est gravé le nom de J. Albert Contant et son statut de musicien


Murs d’eau

murs-eau

Sur les côtés de la place Bourget, au nord et au sud, se déploient six murs d’eau. De l’eau coule du sommet de ces monolithes de granit. Le dynamise économique de la Ville s’incarne dans les murs d’eau, clin d’œil à la force hydraulique de la rivière L’Assomption à l’origine du développement de Joliette.


Ombres et reflets

Ombres et reflets

Ce travail réalisé par l’artiste Jannick Deslauriers rappelle l’eau et la nature grâce à des cercles en métal reflétant le paysage et changeant de couleur, à des mésanges et à des branches de sapin installés au-dessus de la porte. Ces éléments de la nature font d’ailleurs écho au paysage existant autour de la piscine et peuvent être aperçus à tout moment de l’année sur le territoire joliettain.


Onde concertante

Onde concertante

C’est suite au concours coordonné par le Service d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement que le concept de M. Frédéric Saia a été retenu. M. Saia est spécialisé en art environnemental et réalise des projets monumentaux qui évoluent dans le temps. L’œuvre développe notre vision « Joliette ville de nature, de travail et de culture » en exploitant plusieurs éléments évoquant ces différentes facettes de la ville.


Plaque géodésique

2013-08-06-MON0019-0723

Le monument représente une plaque de forme carrée faite en pierre. Sur le côté gauche du bloc est insérée une plaque en bronze où il est inscrit : « Geodetic Survey of Canada. The elevation of this bench mark is 195-076 Feet. Above mean sea level ». Sur le dessus du monument se trouve un petit médaillon en bronze où il est inscrit : « Service géodésique du Canada/Ottawa ».


Saint-Viateur

fdf

L’œuvre représente Saint-Viateur. Il porte la tonsure, de même qu’une bure simple. Il tient dans ses mains un livre. La sculpture est très simple dans la représentation de l’habit ainsi que celle du visage du saint. L’œuvre ressemble beaucoup à une œuvre de Gaétan Therrien réalisée en 1999 en pierres d’Indiana.


Sans titre

2013-08-06-ART0018-017

L’œuvre a été remise dans le contexte des Jeux olympiques de 1976 : elle représente un haltérophile stylisé. L’artiste a réalisé une œuvre très géométrique et a saison l’instant où le sportif maintient l’haltère au-dessus de sa tête. Cette œuvre illustre la force qui est unie à la fertilité.


Wildfire

2013-08-06-ART0022-070

L’artiste a réalisé une œuvre in situ, c’est-à-dire dans l’environnement urbain. Il a rassemblé du bois flotté qu’il a peint et inséré de manière éclatée dans les branches de l’arbre devant le Musée d’art de Joliette. En 2013, cette œuvre a été déplacée dans l’arbre devant l’hôtel de ville de Joliette situé au 614, boulevard Manseau. Le lien avec le titre est éloquent : même si l’œuvre est figée, elle dégage une sensation de mouvement et s’intègre dans un élément de la nature.


z

Les autres œuvres d’art public et monuments seront ajoutés prochainement.